Catégorie : News Diaporama en Page d’Accueil

Hey ! Il y a des articles !

Le Martinet noir

Une hirondelle ?! Un avion de chasse ?!

Eh non ! Bien qu’il soit d’une forte ressemblance avec l’hirondelle de par sa silhouette, il s’agit ici du Martinet noir !

Petite présentation de cette espèce souvent méconnue et confondue.

Caractéristiques générales

Il possède une grosse tête, de longues ailes pointues ainsi qu’une envergure d’environ 45cm et pèse entre 38 et 45g. De plus, cette espèce n’a pas de dimorphisme sexuel et est habillée d’un plumage noir, plus clair au niveau de la gorge.

Leur espérance de vie est d’environ 10 ans et peut s’étendre jusqu’à 20 ans !

Cette espèce est urbaine et niche du centre des villes aux bâtiments industriels, dans les constructions ou sous les toits. Il garde le même endroit chaque année ! Cependant l’oiseau a su parfaitement évoluer et changer d’habitat alors qu’il se situait initialement dans les milieux naturels tels que les falaises ou les trous d’arbres.

Comportement

Son super pouvoir ? Il vit en volant ! Grand migrateur énergique, il est reconnu pour ses grandes performances dans le ciel lui permettant de résister aux conditions climatiques difficiles. Son vol est direct et rapide d’une vitesse moyenne de 50 à 60 km/h allant jusqu’à plus de 100 km/h ! Il utilise le vol plané afin d’économiser son énergie. Nous pouvons observer des poursuites bruyantes entre les individus. Il peut aussi s’endormir en vol, rester en altitude élevée la nuit et redescendre le matin. Néanmoins celui-ci se retrouve très maladroit au sol, handicapé de ses longues ailes.

Les Martinets se nourrissent d’insectes volants, petits animaux et chassent au-dessus des eaux. Notamment des insectes de la famille des diptères, hyménoptères et évitent bien évidemment les guêpes et les abeilles ! Enfin, pour nourrir les jeunes individus, le jabot peut accueillir jusqu’à 1000 proies !

Les premiers individus sont de retour vers mi-avril jusqu’en mai en climat tempéré et repartent en migration vers le sud dès la fin du mois de juillet pour un voyage de 3 mois ou plus. Concernant sa reproduction, le Martinet est monogame et reste avec son partenaire à vie, sa période de nidification s’étale de mai à août.

Il construit son nid de ses diverses récoltes dans les espaces confinés, atteignables en vol. Les nids sont habités de 1 à 4 œufs dont l’incubation dure une vingtaine de jours, la couvaison étant alternée par les deux parents la journée. Les jeunes restent alors environ 40 jours au nid.

Dangers

Malheureusement, suite à la baisse des populations d’insectes, les ressources alimentaires sont en baisse et il devient de plus en plus difficile pour l’oiseau de se nourrir.

Si un des jeunes tombe au sol, les parents l’abandonnent faute de pouvoir s’en occuper. Le plus souvent à cause de l’excès de chaleur sous les toits, lieu de nidification privilégié. Dans ce cas il est nécessaire de contacter le centre de soins le plus proche. Petite exception, les adultes qui se retrouvent au sol ne peuvent bien souvent plus décoller. N’hésitez pas à les relancer !

Voilà ! Vous en savez maintenant plus sur ces fameux oiseaux que vous voyez chaque année !

On vous accueille de nouveau ! 

Eh oui ! Après plus de 2 mois sans bénévoles ni rapatrieurs, le centre peut de nouveau bénéficier d’aide extérieure. Toutefois, quelques conditions s’imposent dans ce contexte. 😉

Pour l’instant, nous privilégions la venue de bénévoles déjà formés, avec une capacité maximale de 2 personnes par jour. En semaine, ils pourront nous aider à partir de 16h après le départ des stagiaires et les week-ends toute la journée ou par demi-journée (matin/après-midi).

Bien-entendu, le port du masque est obligatoire et un nouveau règlement en lien avec la crise sanitaire actuelle est à consulter et à signer dès votre arrivée. Pour vous inscrire sur le planning vous pouvez dès à présent nous contacter de préférence par SMS sur le téléphone portable de l’association : 06 76 83 13 31. 😊

Les rapatriements eux aussi reprennent, avec les mêmes conditions de sécurité.

Quant à toutes les autres personnes, sachez également que des consignes spécifiques sont appliquées et affichées. Ainsi, distances de sécurité, masque, nombre de personnes, gel hydroalcoolique, affichage, signalisation et attente dans le chalet sont de mise !

Merci à tous pour votre soutien. 😇

Initiation à la photographie naturaliste au Marais d’Orx

Samedi 20 juin 2020, entre 10h et 13h, nous invitons nos adhérents à participer à une sortie à la Réserve Naturelle du Marais d’Orx.

Au programme, observation et initiation à la photographie naturaliste en compagnie d’un photographe confirmé !

Si vous êtes féru de photographie et que vous souhaitez en apprendre et être conseillé pour réaliser de beaux clichés naturalistes, n’hésitez pas à vous joindre à nous ! 

Attention ! Les sorties adhérents reprennent du service mais uniquement sous certaines conditions. Le port du masque et le respect des gestes barrière est obligatoire. De plus, le nombre de participants à cette sortie sera restreint à 8 personnes (hors accompagnateurs).

Les participants sont invités à se munir de leur propre matériel de photographie (aucun appareil photo ne pourra être fourni), si possible de matériel d’optique (jumelles ou longue vue) et surtout de vêtements adaptés !

Pour vous inscrire et connaitre le déroulé exact de la sortie, contactez-nous par mail à antoine@hegalaldia.org ou par téléphone au 05.59.43.08.51 ou au 06.76.83.13.31.

Nous rappelons que les excursions adhérentes sont uniquement réservées aux adhérents de l’association et que le prix de participation est libre.

Le programme complet des sorties 2020 est consultable en cliquant ICI.

Un Gypaète barbu à Hegalaldia !

Eh oui, voici une espèce qu’il est malheureusement de plus en plus courant de rencontrer à l’intérieur de nos murs. Cet individu âgé de 3 ans (comme en attestent son plumage sombre et sa tête noire) nous a été apporté le 15 mai dernier par l’OFB (Office Français de la Biodiversité).

Découvert en état de faiblesse sur une commune d’Indre-et-Loire, ce jeune Gypaète barbu aura rapidement été pris en charge et acheminé jusqu’à notre centre grâce, entre autres, à la réactivité des agents de l’OFB.

Premier constat lors de l’accueil de l’oiseau, il n’est pas équipé de matériel d’identification et ne souffre donc d’aucune gêne liée à ces derniers, ouf ! Il faut dire que ces derniers temps, les Gypaètes barbus accueillis suite à la pose de matériels défectueux ou inadaptés n’ont pas manqué…

Arrivée chez nous en état de faiblesse et d’hypothermie avancé, l’oiseau a pu bénéficier des bons soins de l’équipe pour retrouver un état stable et rassurant.

Ce n’est qu’après avoir effectué des radiographies que notre inquiétude s’est confirmé. L’examen en question ayant mis en évidence des corps étrangers dans le système digestif du rapace, notamment des bouts de fils métalliques. La crainte d’une éventuelle perforation intestinale ayant été longuement soulevée.

Fort heureusement pour nous (et pour lui), notre nouveau pensionnaire aura naturellement régurgité ces corps étrangers durant les jours qui ont suivi son accueil. Plusieurs radiographies viendront ensuite confirmer que le pire à été évité.

À l’heure qu’il est, nous justifierons l’état de détresse de ce gypaète par une incapacité à se mouvoir (manque de falaise et de courant ascendant) et à s’alimenter convenablement (peu de pastoralisme) en Indre-et-Loire. Ce jeune en quête de territoire, semble s’être tout simplement affaibli par manque de biotopes adaptés à son espèce.

Aujourd’hui en volière extérieure, ce Gypaète barbu aura deux objectifs : retrouver un poids correct et se refaire une masse musculaire lui permettant de reprendre son envol dans les meilleures conditions.

Une analyse génétique sera cependant nécessaire afin d’identifier le massif d’où l’oiseau provient, afin de le remettre en liberté sur ce dernier.

Bien entendu, nous vous donnerons des nouvelles de sa réhabilitation ! 

Animaux accueillis et relâchés en mai 2020

Faucon crécerelle relâché en mai 2020

Animaux accueillis : 374

Rapaces diurnes : 7

– Aigle botté : 1
– Élanions blancs : 3
– Faucon pèlerin : 1
– Milan noir : 1
– Milan royal : 1

Rapaces nocturnes : 10

– Chouettes effraies : 2
– Chouettes hulottes : 6
– Hiboux moyen-duc : 2

Rapaces nécrophages : 2

– Gypaète barbu : 1
– Vautour fauve : 1

Oiseaux marins : 5

– Fou de Bassan : 1
– Goélands leucophées : 4

Oiseaux d’eau : 21

– Canards colverts : 21

Mammifères : 103

– Écureuils roux : 2
– Hérissons d’Europe : 95
– Mulot sylvestre : 1
– Musaraigne des champs : 1
– Putois d’Europe : 1
– Renards roux : 3

Échassiers : 2

– Aigrette garzette : 1
– Héron cendré : 1

Oiseaux divers : 224

– Bergeronnettes grises : 3
– Chardonneret élégant : 1
– Corneilles noires : 8
– Fauvette à tête noire : 1
– Geais des chênes : 2
– Grives musiciennes : 2
– Huppes fasciées : 2
– Martinets noirs : 5
– Martin-pêcheur d’Europe : 1
– Merles noirs : 58
– Mésange à longue queue : 1
– Mésanges bleues : 16
– Mésange charbonnière : 11
– Mésange huppée : 1
– Moineaux domestiques : 39
– Pics épeiches : 4
– Pies bavardes : 9
– Pigeons ramiers : 9
– Pinsons des arbres : 11
– Pipistrelles communes : 4
– Pouillot véloce : 1
– Roitelet huppé : 1
– Rougequeues noirs : 14
– Rousserolle effarvatte : 1
– Serin cini : 1
– Sittelle torchepot : 1
– Tourterelles turques : 17

Animaux relâchés : 104

Rapaces diurnes : 4

– Élanion blanc : 1
– Faucons crécerelles : 2
– Milan royal : 1

Rapaces nocturnes : 4

– Chouettes hulottes : 4

Mammifères : 20

– Écureuils roux : 5
– Hérissons d’Europe : 15

Oiseaux marins : 2

– Goélands leucophées : 2

Oiseaux divers : 74

– Bergeronnette grise : 1
– Fauvette à tête noire : 1
– Grive musicienne : 1
– Martinets noirs : 3
– Martin-pêcheur d’Europe : 1
– Merles noirs : 26
– Mésanges bleues : 6
– Mésanges charbonnières : 3
– Moineaux domestiques : 14
– Pics épeiches : 2
– Pigeons ramiers : 3
– Rougegorge familier : 1
– Rousserolle effarvatte : 1
– Sittelle torchepot : 1
– Tourterelles turques : 10

Information COVID-19

Petit point sur la situation suite aux mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 :

Depuis la mise en place du confinement en mars dernier, plusieurs mesures ont été prises au centre soins. Ce dernier a donc fermé ses portes au personnel aidant ainsi qu’aux particuliers. Les bénévoles et stagiaires sont donc invités à rester chez eux.

Une équipe très restreinte est maintenue chaque jour sur la structure pour apporter les soins aux pensionnaires.

Mais le centre de soins ne refuse pas d’accueillir d’animaux en détresse pour autant ! En effet, les animaux en détresse amenés au centre seront toujours pris en charge à l’entrée de ce dernier. 

Pour les animaux découverts dans un secteur éloigné du centre de soins, nous conseillons les particuliers pour apporter les premiers soins. Nous organisons également un rapatriement par semaine sur le secteur palois afin de récupérer les animaux de ce territoire.

Bien que plus difficilement joignable en raison d’une équipe restreinte, nous vous invitons tout de même à nous appeler 7j/7 au 05.59.43.08.51 si vous avez un animal en détresse. Si vous n’arrivez pas à nous joindre, écrivez-nous au 06.76.83.13.31 et nous vous répondrons dès que possible.

Merci pour votre compréhension et prenez soin de vous.

Bandeau officiel partenaires

NEWSLETTER
Une fois par mois environ, recevez l'actualité d'Hegalaldia directement dans votre boîte e-mail.

Coordonnées
Quartier Arrauntz
Chemin Bereterrenborda
64 480 Ustaritz
Tél : 05 59 43 08 51
Portable : 06 76 83 13 31

Accueil d'animaux possible 7j/7 :
Période estivale : 9h-19h
Période hivernale : 9h-17h

Permanence téléphonique 7j/7 : 9h-18h

Suivez-nous

Facebook Hegalaldia    Instagram Hegalaldia