Catégorie : News Diaporama en Page d’Accueil

Hey ! Il y a des articles !

Animaux accueillis, relâchés et transférés en mars 2020

Fou de Bassan relâché en mars 2020 à Ciboure

Animaux accueillis : 87

Rapaces diurnes : 3

– Épervier d’Europe : 1
– Faucon crécerelle : 1
– Milan royal : 1

Rapaces nocturnes : 10

– Chouette effraie : 1
– Chouettes hulottes : 9

Oiseaux marins : 25

– Fous de Bassan : 17
– Fulmar boréal : 1
– Goélands leucophées : 2
– Guillemots de Troïl : 2
– Macareux moine : 1
– Mouette trydactile : 1
– Sterne caugek : 1

Oiseaux d’eau : 2

– Gallinule poule d’eau : 1
– Grèbe à cou noir : 1

Échassiers : 1

– Héron garde-bœufs : 1

Oiseaux divers : 31

– Fauvette tête noire : 1
– Grives musiciennes : 2
– Merles noirs : 6
– Mésange bleue : 1
– Mésange charbonnière : 1
– Pinson des arbres : 1
– Tourterelles turques : 18
– Troglodyte mignon : 1

Mammifères : 14

– Écureuils roux : 5
– Hérissons d’Europe : 6
– Lapin de Garenne : 1
– Oreillard gris : 1
– Pipistrelle commune : 1

Reptiles : 1
Tortue caouanne : 1

Animaux relâchés : 109

Rapaces nocturnes : 7

– Chouettes effraies : 3
– Chouettes hulottes : 4

Oiseaux marins : 8

– Fous de Bassan : 5
– Goéland leucophée : 1
– Guillemot de Troïl : 1
– Mouette trydactile : 1

Oiseaux d’eau

– Grèbe à cou noir : 1

Oiseaux divers : 24

– Merles noirs : 3
– Mésange charbonnière : 1
– Pinson des arbres : 1
– Tourterelles turques : 19

Mammifères : 69

– Hérissons d’Europe : 68
– Pipistrelle commune : 1

Animaux transférés : 4

Rapaces nécrophages : 3

– Vautours fauves : 3

Reptiles : 1

– Tortue caouanne : 1

Information COVID-19

Suite aux annonces récentes du gouvernement, le centre de soins ferme ses portes au personnel aidant ainsi qu’aux particuliers.

Les bénévoles et stagiaires sont donc invités à rester chez eux. Une équipe très restreinte sera maintenue sur la structure pour apporter les soins aux pensionnaires.

Les animaux en détresse amenés au centre seront toujours pris en charge à l’entrée de ce dernier.

Des questions sur la prise en charge d’animaux éloignés du centre de soins restent encore en suspens. Nous vous tiendrons au courant des décisions à venir.

Merci pour votre compréhension.

C’est l’heure du bilan !

Curieux, curieuses, notre bilan 2019 est maintenant disponible !

Comme chaque année, vous avez la possibilité de prendre connaissance de notre bilan d’activité. Ce dernier reprend l’ensemble de notre activité sur l’année échue.

Vous pourrez donc tout savoir sur le fonctionnement de notre association, les chiffres du centre de soins, l’évolution du pôle « Biodiversité – Education à l’environnement », l’audience de la page Facebook et même nos projets pour 2020.

Pour le lire attentivement ou simplement le feuilleter, il vous suffit de cliquer  ICI.

Et pour les plus curieux, vous pouvez retrouver tous nos documents administratifs en cliquant ICI.

On vous souhaite bonne lecture ! 

Le grand retour de migration des oiseaux

Ils reviennent ! Les oiseaux migrateurs qui ont passé l’automne et l’hiver au sud reviennent pour élever les poussins et profiter des longs et agréables jours de la saison estivale.

Rappel

Pour rappel, les oiseaux migrateurs ont une horloge interne qui leur dicte ces allers-retours. C’est une hormone, la mélatonine, qui vient déclencher les départs. Hormis les variables des conditions climatiques, la diminution de la longueur des jours et la raréfaction de la nourriture, le cycle se répète de manière plus ou moins similaire chaque année.

Concrètement, à partir de la fin du mois de février les migrateurs commencent à revenir sur leur territoire. Cette migration est plus rapide que celle d’automne et au printemps la plupart des migrateurs reviennent. À l’exception de quelques espèces qui n’arrivent que fin avril, début mai.

Principales espèces concernées

Plusieurs espèces rentrent de migration, en voici quelques-unes :

Le Milan noir, ou la « version brune » du Milan royal. Il est l’un des premiers à revenir de migration, en l’espace de quelques jours, vous pourrez voir des dizaines d’entre eux arpenter les airs en quête d’une aire où s’établir. Les Milans noirs qui arrivent en nombre ont tendance à repousser leurs cousins royaux dans les terres et les monts en période estivale. Pour le reconnaître, fiez-vous à sa silhouette très sombre et sa queue légèrement échancrée.  Il est généralement de retour de mars à mai pour déjà repartir début juillet.

Milan noir en vol

L’Aigle botté, rapace rare et discret en France. Cet aigle a la caractéristique d’arborer des plumages différents d’un individu à l’autre. Ainsi certains seront dits en « phase claire » et seront majoritairement blancs, tandis que d’autres seront en « phase sombre » et porteront un plumage brun foncé. Dans les deux cas, leur critère d’identification principal viendra de leurs rémiges primaires (grandes plumes des ailes) qui sont toujours d’un noir marqué. Il va de soi que ces aigles en « phase claire » seront aisément reconnaissables avec un contraste de blanc (corps) et de noir (rémiges primaires). L’Aigle botté est généralement de retour à la mi-mars pour repartir en septembre.

Aigle botté

Les Hirondelles rustiques et les Hirondelles de fenêtres que tout le monde affectionne et qui reviennent en avril pour repartir fin septembre. Aisément reconnaissable avec leurs queues très échancrées, les Hirondelles rustique sont bien souvent annonciatrices du printemps. Leurs cousines des fenêtres elles, seront identifiables à leur croupion blanc qui contraste bien avec leur dos noir bleuté. Ces individus se font malheureusement rares de nos jours, l’utilisation intensive de pesticides et la diminution des populations d’insectes en étant bien sûr la cause principale…

Hirondelle rustique préparant son nid

La Cigogne noire, plus rare que ses consœurs les blanches, part, elle, entre les mois d’août et de septembre pour revenir en mars. Facilement reconnaissable avec son bec et ces pattes rouges, on l’identifiera en vol avec son cou noir qui contraste avec son ventre blanc. Contrairement à sa cousine blanche, la Cigogne noire niche en milieu boisé. Vous ne la verrez donc pas au nid sur un pylône ou un arbre isolé.

Cigogne noir au nid

La Bondrée apivore, ce rapace qui doit son nom à son alimentation principalement composée de guêpes et de leurs larves. Elle reste peu de temps dans nos contrées, de mai à septembre. Pas toujours aisé de la reconnaître entre les différents rapaces qui parcourent les airs. Sa petite tête et ses larges ailes striées pourront surement vous mettre la puce à l’oreille.

Bondrée apivore

Le Faucon hobereau, chasseur hors pair arrive lui en mars et nous quitte à la fin du mois d’août. Faucon de taille moyenne, il reste facile à identifier grâce à une calotte noire et une culotte rousse.

Faucon hobereau

La Huppe fasciée reconnaissable au premier coup d’œil avec sa grande huppe et ses ailes striées de blanc et de noir arrive elle aussi en mars mais étale son départ de juillet à octobre.

Huppe fasciée en quête de nourriture

Enfin, le fameux Percnoptère d’Egypte connut pour être un énigmatique petit vautour blanc et jaune nous revient de mi-mars à début septembre. Si vous le voyez, vous ne pourrez que l’identifier. Un corps entièrement blanc mise à part des rémiges primaires (grandes plumes des ailes) noires qui lui donne un plumage plein de contraste. Et si cela ne suffit pas, regardez sa queue, elle est cunéiforme, cela signifie qu’elle a une forme de losange.

Vautours percnoptères 

Ainsi, quand vous verrez prochainement l’une de ces espèces, dites-vous que leurs vacances d’hiver ont surement été chaudes et ensoleillées, ou du moins plus que les nôtres . ;)

Animaux accueillis et relâchés en février 2020

Faucon pèlerin accueilli en février 2020

Animaux accueillis : 67

Rapaces diurnes : 8

– Buses variables : 3
– Éperviers d’Europe : 3
– Faucon crécerelle : 1
– Faucon pèlerin : 1

Rapaces nocturnes : 2

– Chouettes effraies : 1
– Chouettes hulottes : 1

Oiseaux marins : 6

– Fous de Bassan : 3
– Goéland leucophée : 1
– Guillemot de Troïl : 1
– Macareux moine : 1

Oiseaux divers : 37

– Chardonneret élégant : 1
– Grives musiciennes : 4
– Merle noir : 1
– Pigeon ramier : 1
– Pinsons des arbres : 3
– Pinson du Nord : 1
– Pouillot véloce : 1
– Rouge-gorge familier : 1
– Sittelle torchepot : 1
– Tourterelles turques : 23

Mammifères : 14

– Écureuil roux : 1
– Hérissons d’Europe : 9
– Lapin de garenne : 1
– Martre des pins : 1
– Oreillard gris : 1
– Petit rhinolophe : 1

Animaux relâchés : 23

Rapaces nécrophages : 2

– Vautours fauves : 2

Rapaces diurnes : 3

– Buse variable : 1
– Faucons crécerelles : 2

Oiseaux marins : 1

– Fou de Bassan : 1

Oiseaux divers : 14

– Chardonneret élégant : 1
– Grive musicienne : 1
– Pinson des arbres : 1
– Rouge-gorge familier : 1
– Sittelle torchepot : 1
– Tourterelles turques : 9

Mammifères : 2

– Lapin de Garenne : 1
– Martre des pins : 1

Bandeau officiel partenaires

NEWSLETTER
Une fois par mois environ, recevez l'actualité d'Hegalaldia directement dans votre boîte e-mail.

Coordonnées
Quartier Arrauntz
Chemin Bereterrenborda
64 480 Ustaritz
Tél : 05 59 43 08 51
Portable : 06 76 83 13 31

Accueil d'animaux possible 7j/7 :
Période estivale : 9h-19h
Période hivernale : 9h-17h

Permanence téléphonique 7j/7 : 9h-18h

Suivez-nous

Facebook Hegalaldia    Instagram Hegalaldia