Catégorie : News Diaporama en Page d’Accueil

Hey ! Il y a des articles !

Relâcher de Biès le gypaète

Après plus d’une année de réhabilitation en centre de soins, il est aujourd’hui temps pour Biès, notre femelle Gypaète barbu, de retrouver la liberté !

Pour rappel, notre casseur d’os nous était parvenu en tout début d’année 2018 avec, entre autres, une luxation de l’épaule droite, la quasi-totalité des rémiges (plumes) de la main droite coupées nettes, ainsi qu’une infection généralisée dût à la pose récente de marquages alaires.

Un cas complexe à soigner car Biès était incapable de voler avec une mains dépourvue de plumes, et ne pouvait donc pas faire travailler son épaule luxée. Une « greffe » de plumes aura tout de même été nécessaire afin de rendre un plumage fonctionnel à cet oiseau qui depuis cette opération a pu de nouveau reprendre l’exercice et soigner son mal.

Vidéo explicative de la « greffe » de plume, aussi appelé « enture ».

C’est donc avec grand plaisir que nous pouvons aujourd’hui vous convier à sa remise en liberté qui aura lieu le mercredi 28 août 2019 sur la commune d’Accous (64490).

Nous vous donnons rendez-vous ce 28 août à la mairie d’Accous, d’où nous partirons à 13h pour covoiturer jusqu’au point de relâché.

C’est ainsi que Biès pourra reprendre son envol dans son milieu naturel, à quelques kilomètres de la commune de Bedous où elle avait été secouru par des gardes-moniteurs du Parc National des Pyrénées en mars 2018.

Journée Internationale des Vautours à l’Artzamendi

Samedi 24 août, à l’occasion de la Journée Internationale des Vautours, nous vous proposons d’assister à la remise en liberté de plusieurs Vautours fauves accueillis cette année au centre de soins.

Nous partirons à 10h de l’église d’Itxassou pour nous rendre au sommet du mont Artzamendi où aura lieu le relâcher. ;)

Le relâcher sera suivi (pour les plus courageux) d’une petite randonnée sur le mont pour aller observer ces rapaces nécrophages dans leur milieu de prédilection. L’occasion d’en savoir plus sur ces géants des airs et de profiter de beaux paysages. 

Les participants à la randonnée sont invités à se munir si possible de matériel d’optique (jumelles ou longue vue), d’un pique-nique ou d’une simple collation, et surtout de bonnes chaussures et de vêtements adaptés !

La randonnée en question représente environ 6 km de marche et comprend quelques montées fatigantes, bien que le rythme ne sera pas soutenu, il est préférable que les participants aient un minimum l’habitude de randonner.

Pour vous inscrire à la randonnée et/ou connaitre le déroulé exact de la journée, contactez-nous par mail à antoine@hegalaldia.org ou par téléphone au 05.59.43.08.51 ou au 06.76.83.13.31.

Histoire de vautours

Cet été, nous allons apprendre à connaître les Vautours fauves. Ils nous en arrivent beaucoup au centre de soins à cette période de l’année et ce jusqu’au mois d’octobre. Nous allons essayer de comprendre pourquoi il y a autant d’accueils et approfondir nos connaissances sur cette espèce méconnue.

Le Vautour fauve est un grand rapace nécrophage qui habite les paysages ouverts comme les falaises ou les montagnes avec des dénivelés importants. On le trouve au niveau mondial en Eurasie et en Afrique. En France, il est présent surtout dans les Pyrénées-Atlantique et les Hautes-Pyrénées.

On le reconnaît en vol par sa grande taille avec ses ailes très larges divisées en folioles ressemblant aux doigts d’une main. Sa tête est blanche duvetée, installée sur un cou étroit et long. Il a une grosse collerette semblable à une crinière. L’ensemble de sa poitrine est brun et les plumes sont plus foncées. Il pèse environ 8 kilos et a une envergure de plus de 2,50 mètres !

Relâcher de Vautours fauves au mont d’Artzamendi en 2016

Un bébé inexercé

En ce début août, il est temps (ou presque) pour nos amis de sortir du nid ! Récapitulons, l’accouplement de ces rapaces se fait en décembre, il précède l’arrivée d’un seul et unique œuf au mois de janvier. Les parents le gardent bien au chaud jusqu’à début avril. Ensuite le jeune a besoin de quasiment quatre mois pour appréhender son premier vol.

Ce qui nous amène à aujourd’hui, tout ça quelque peu étalé, la période peut finir en octobre. Malgré son envergure d’adulte, le jeune est inexpérimenté et a quelquefois un premier vol lourd et maladroit. Ces grands téméraires n’ont pas toujours l’expérience ou la lucidité d’emprunter les courants d’airs ascendants, et dans ce cas c’est presque à chaque fois la chute.

Relâcher de Vautours fauves au mont Artzamendi en 2016

Son arrivée au centre de soins

Cet été, nous avons pratiquement tous les jours le signalement d’un vautour trouvé au sol n’arrivant plus à s’envoler. Beaucoup nous viennent des Gorges de Kakouetta, de Saint-Etienne-de-Baïgorry ou d’Itxassou. Ces endroits sont stratégiques pour les vautours car ils sont nés sur les monts surplombant ces communes. Quand ils tentent leur premier vol, ils atterrissent au milieu du village ou au fond des gorges. Malheureusement, ils n’auront pas assez d’espace pour faire un second essai.

C’est à ce moment là que notre équipe va les chercher. Le déplacement peut prendre une journée entière.

Après ces aventures nos amis sont entre les mains des soigneurs. Ils sont examinés pour contrôler s’il n’y a pas de fractures ou de plumes abîmées. Ensuite si tout va bien, nous les mettons en volière extérieure pour leur permettre de reprendre des forces, bien s’alimenter, cohabiter avec d’autres congénères et appréhender leur second vol.

Enfin nous pouvons les relâcher dans un endroit adapté et bien dégagé pour qu’ils puissent retrouver leur liberté !

Arrivée de vautours fauves en volière extérieure de 50 mètres au centre de sauvegarde

Ma vie d’adulte

Ces rapaces, trop gros pour porter leur poids, utilisent les courants ascendants pour voler : les thermiques. Ils ne battent presque pas des ailes, ils se laissent planer à la recherche de nourriture.

Le vautour fauve est indispensable dans la chaîne alimentaire, c’est un grand nettoyeur de la nature ! Il est strictement charognard, il mange seulement des cadavres, surtout ceux de gros animaux comme des vaches, des brebis, des cochons…

Pour repérer une carcasse, ils sont toute une troupe, chacun couvrant une trentaine de kilomètres avec leurs yeux, ils peuvent ratisser un immense territoire chaque jour. Dès qu’un individu trouve une victuaille, les autres le rejoignent très vite en le voyant descendre au sol.

Quelquefois ces oiseaux ne trouvent pas de nourriture pendant plusieurs jours, c’est donc le plus affamé qui commence le festin en premier. Ils peuvent être une cinquantaine sur le même repas ! Grâce à leur long cou, ils s‘introduisent dans la bête et mangent jusqu’à 1,5 kilo de viande.

Ensuite ils vont se laver et se reposer en colonie pas très loin en sautillant, jusqu’à la prochaine recherche.

Vautours fauves se disputant le repas apporté par nos soigneurs en volière extérieure

Le vautour fait partie des espèces protégées, il est donc important de prendre soin de son habitat et de son mode de vie. Si vous voyez un vautour en difficulté, n’hésitez pas à appeler le centre de soins le plus proche de chez vous ! Notre ami griffon vous remerciera !

Sortie adhérents – A la découverte des tourbières

Samedi 17 août 2019, entre 10h et 13h, nous invitons nos adhérents à participer à une sortie sur les hauteurs de Sare.

Juste aux dessus des grottes de Sare se trouve la tourbière de Lezeko gaina, un site parfait pour découvrir les milieux tourbeux et la faune et la flore de ces zones humides. Plantes carnivores, libellules et papillons pourront être observés et identifier lors d’une petite randonnée.

La randonnée en question reste relativement courte mais comprend tout de même une montée fatigante, bien que le rythme ne sera pas soutenu, il est préférable que les participants aient un minimum l’habitude de randonner.

Le site étant à l’image de la montagne Basque, nous en profiterons pour parler un peu des spécificités de cette dernière, en évoquant le lien étroit qu’il existe entre le pastoralisme et les rapaces nécrophages.

Les participants sont donc invités à se munir si possible de matériel d’optique (jumelles), et surtout de bonnes chaussures et de vêtements adaptés !

Pour vous inscrire et connaitre le déroulé exact de la sortie, contactez-nous par mail à antoine@hegalaldia.org ou par téléphone au 05.59.43.08.51 ou au 06.76.83.13.31.

Nous rappelons que les sorties adhérentes sont uniquement réservées aux adhérents de l’association et que le prix de participation est libre.

Le programme complet des sorties 2019 est consultable en cliquant ICI.

Animaux accueillis et relâchés en juillet 2019

Martinet noir relâché en juillet 2019

Animaux accueillis : 369

Rapaces nécrophages : 11

– Vautours fauves : 11

Rapaces diurnes : 22

– Buses variables : 4
– Balbuzard pêcheur : 1
– Circaète Jean-le-Blanc : 1
– Eperviers d’Europe : 2
– Faucons crécerelles : 10
– Milans noirs : 4

Rapaces nocturnes : 5

– Chouettes chevêches : 2
– Chouettes effraies : 2
– Chouette hulotte : 1

Oiseaux marins : 24

– Cormoran huppé : 1
– Cygne tuberculé : 1
– Fous de Bassan : 5
– Goélands leucophées : 17

Oiseaux d’eau : 1

– Oie cendrée : 1

Échassiers : 2

– Héron cendré : 1
– Héron gardebœufs : 1

Oiseaux divers : 213

– Hirondelle de cheminée : 1
– Hirondelles de fenêtre : 15
– Huppe fasciée : 1
– Hypolaïs polyglotte : 1
– Bergeronnettes grises : 3
– Chardonnerets élégants : 5
– Coucous gris : 2
– Engoulevent d’Europe : 1
– Fauvettes à tête noire : 2
– Geais des chênes : 3
– Grive musicienne : 1
– Loriot d’Europe : 1
– Martinets noirs : 63
– Merles noirs : 24
– Mésange charbonnière : 1
– Petit gravelot : 1
– Pies bavardes : 4
– Pigeons ramiers : 6
– Moineaux domestiques : 30
– Rougegorges familiers : 4
– Rougequeues noirs : 19
– Tourterelles turques : 20
– Troglodyte mignon : 1
– Verdiers d’Europe : 4

Mammifères : 91

– Écureuils roux : 4
– Hérissons d’Europe : 53
– Lapins de Garenne : 6
– Lièvre brun : 1
– Pipistrelles communes : 20
– Putois d’Europe : 3
– Sérotines communes : 2
– Taupes d’Europe : 2

Animaux relâchés : 165

Rapaces nécrophages : 2

– Vautours fauves : 2

Rapaces diurnes : 14

– Buses variables : 2
– Épervier d’Europe : 1
– Milans noirs : 2
– Milan royal : 1
– Faucons crécerelles : 8

Rapaces nocturnes : 1

– Chouette effraie : 1

Oiseaux marins : 4

– Cormoran huppé : 1
– Goéland argenté : 1
– Goélands leucophées : 2

Oiseaux d’eau : 2

– Oie cendrée : 1
– Canard colvert : 1

Oiseaux divers : 105

– Geai des chênes : 1
– Grive musicienne : 1
– Hirondelles de cheminée : 3
– Hirondelles de fenêtre : 5
– Martinets noirs : 42
– Merles noirs : 14
– Mésange bleue : 1
– Mésange charbonnière : 1
– Moineaux domestiques : 8
– Pic vert : 1
– Pigeons ramiers : 5
– Rougegorge familier : 1
– Rougequeues noirs : 7
– Tourterelles turques : 15

Mammifères : 34

– Écureuil roux : 1
– Hérissons d’Europe : 30
– Pipistrelles communes : 2
– Lièvre brun : 1

Reptiles : 3

– Cistudes d’Europe : 3