Mésange bleue et Pic épeiche sur un distributeur de graines

Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Chaque année, à l’approche de la saison hivernale, certaines espèces ont pour coutumes de partir en migration. Les grues ou les hirondelles en sont un parfait exemple. Ces espèces migratrices préfèrent passer l’hiver dans une région du globe où le climat sera plus clément et où les ressources alimentaires seront plus abondantes.

Mais il est important de se souvenir que certaines espèces demeurent dans nos régions durant ces « mauvais » jours. Les passereaux de nos jardins en faisant bien entendu partie. Qu’il s’agisse simplement d’une coutume ou d’un réel désir d’aider ces animaux, l’utilisation de mangeoires à oiseaux devient fréquente.

Cette pratique devient aujourd’hui une aide importante pour nos amis à plumes qui subissent indéniablement un impact grandissant des activités humaines. Cependant, l’utilisation de mangeoires n’est pas à prendre à la légère. Il existe un certain nombre de règles et/ou de conseils à suivre durant l’hiver que nous vous proposons de lister dans cet article.

Nourrir quand ?

Mésange charbonnière sur une mangeoire

Bien entendu, le nourrissage des oiseaux ne doit pas s’effectuer toute l’année. Les oiseaux peuvent aisément trouver de la nourriture en période printanière et estivale, il est donc important de ne pas les rendre dépendant de l’homme.

Nous privilégions donc un nourrissage en mangeoire à partir du mois de novembre, avec l’arrivée du froid, jusqu’à la fin mars au plus tard ! Dès le retour des beaux jours pourra ainsi être interrompu.

Attention ! Une fois que vous commencez à nourrir les oiseaux, il est essentiel de ne pas vous interrompre jusqu’à l’arrivée du printemps. En effet, les oiseaux s’habituant à une ressource alimentaire pourraient être mis en difficulté, voire en danger, si cette ressource venant à disparaître subitement.

Nourrir avec quoi ?

Chardonneret élégant sur un distributeur de graines

Il est important de se souvenir d’une chose essentielle : les oiseaux ont des régimes alimentaires qui leur sont propres ! Nous retrouverons donc chez nous des oiseaux granivores (mangeurs de graines), frugivores (mangeurs de fruits) et insectivores (mangeurs d’insectes).

Toute nourriture salée, cuite ou cuisinée est donc à proscrire. Le pain ne faisant pas exception car une fois ingéré il gonfle et perturbe la digestion des oiseaux.

Rassurez-vous, les oiseaux insectivores peuvent aisément se replier sur les graines en hiver, les insectes étant difficiles à trouver. Nous pourrons donc nourrir nos petits protégés en utilisant des mélanges de graines et des fruits.

Mésange nonnette qui mange dans une main

Les mélanges de graines « à décortiquer » ou les mélanges pour tourterelles feront parfaitement l’affaire. Les graines de tournesol sont également des plus appréciées, notamment par les mésanges.

Les fruits quand à eux sont appréciés des turdidés (merles, grives…). Notez cependant que ces derniers préfèrent s’alimenter au sol. Donc si vous avez un fruit abîmé que vous souhaiter donner aux oiseaux, mettez-le simplement au sol dans votre jardin, les merles en feront leur affaire.

Enfin, les boules de graisse, best-seller du rayon d’aliment pour oiseaux, restent un source de nourriture intéressante car elles apportent une ressource en matière grasse en plein hiver. Mais il est important de ne pas tout miser là-dessus. De plus, il est préférable de disposer les boules de graisse sans leur filet, ces derniers pouvant être cause d’accidents.

Jamais sans un peu d’eau !

Rougegorge familier prenant un bain

En été ou en hiver, un point d’eau est essentiel pour les oiseaux. L’eau est difficile à trouver par forte chaleur ou lorsque cette dernière gèle. N’oubliez donc pas de proposer un point d’eau pour que les oiseaux puissent s’abreuver voire se baigner.

Bien entendu cette eau devra être changée régulièrement afin de ne pas favoriser le développement de bactéries.

Une mangeoire, ça se nettoie !

Eh oui ! Une mangeoire est un lieu de passage pour bon nombre d’individus, il est donc plus qu’habituel que des maladies s’y développent. Comme par exemple la salmonellose ou l’aspergillose. Des maladies qui, si elles sont contractées par les oiseaux, peuvent entraîner la mort. Il serait dommage qu’en voulant bien faire, vous fassiez plus de mal que de bien…

Pas de panique pour autant. Vous n’avez pas besoin de produits chimiques pour nettoyer une mangeoire. Munissez-vous d’une brosse, d’eau chaude, de vinaigre blanc et d’huile de coude, et au minimum une fois par mois nettoyez bien la mangeoire.

Quelle mangeoire et à quel endroit ?

Mangeoire de type plateau couvert

Il existe bien sûr une multitude de types et de forme de mangeoire. D’autant que vous pourrez aussi bien trouver ces mangeoires dans le commerce ou les confectionner vous-même.

Les plateaux sont d’une façon générale une valeur sûre. Ces derniers permettent de mettre divers aliments ainsi qu’une coupelle d’eau. Les oiseaux peuvent également s’y retrouver en nombre et s’y tolèrent. Nous privilégierons cependant un plateau couvert (avec un toit). Cela permettra à la nourriture de ne pas s’abîmer avec la pluie et limitera par la même occasion le développement de maladie.

Les distributeurs de graines et de boules de graisse sont également intéressants. En disposer un dans le jardin en plus d’une mangeoire peut tout à fait se faire.

Chat domestique dans une mangeoire

Enfin, l’emplacement de la mangeoire doit également être pensé judicieusement. N’oublions pas que les oiseaux sont moins attentifs lorsqu’ils se nourrissent. Il est donc important que la mangeoire se trouve dans une zone ouverte éloignée d’éventuels murets ou haies. Les oiseaux pourront ainsi se nourrir tout en observant leurs potentiels prédateurs. Eh oui, bien qu’on l’apprécie, le chat domestique reste le principale prédateur de notre faune du jardin.

Observez les !

N’hésitez pas à tenir compte de toutes ces petites notions qui ne sont pas là pour vous compliquer la tâche mais pour aider nos amis au mieux.

Mais surtout, profitez-en ! Une mangeoire est attractive pour les oiseaux, il s’agit donc d’un lieu de passage continu pour nos passereaux. L’occasion de pouvoir les observer facilement et d’apprendre à reconnaître les différentes espèces qui fréquentent votre jardin. Sortez votre guide ornithologique et vos jumelles, et profitez du spectacle.